Owendo: la Responsabilité sociétale auprès des autochtones du port au coeur de l’action de l’Oprag

Bras séculier de l’Etat en matière de politique portuaire, l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag), au–delà de ses missions a à cœur de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations gabonaises notamment dans le cadre de sa Responsabilité sociétale et environnementale. C’est dans cette optique, que l’autorité portuaire entend mettre en place un plan d’action efficace afin de faire bénéficier à la communauté autochtone du port et aux populations environnantes d’un certains nombres d’outil nécessaire à leur épanouissement économique et sociale. 

Installé depuis près d’une quarantaine d’année dans cette zone, longtemps occupé par le clan Mpongwé Agungu ( déplacés du côté du quartier qui a pris le nom du clan devenu par déformation Awoungou, NDLR ), l’autorité portuaire a depuis quelques années et plus encore depuis la nomination le 26 février 2019 de Landry Régis Laccruche Lelabou décidé de placer le social au coeur de son action. 

Si cette volonté a déjà été matérialisée par plusieurs réalisations  à l’exemple de la dotation en médicaments d’une structure sanitaire à Port-Gentil et sa rénovation intégrale; le retour du fonds d’aide qui est passé de 30 à 100 millions de FCFA ou encore sa participation active à  la vaste campagne de dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus « Octobre rose », l’office des ports et rades du Gabon entend poursuivre sur cette lancée en intégrant à son champ d’action le bien–être des populations autochtones.  

Lors d’un entretien accordé à Gabon Media Time, le directeur général Landry Régis Laccruche Lelabou a relevé que l’ambition de l’autorité portuaire, dont il a la charge, était d’impacter plus efficacement les conditions de vie des populations. « Notre ambition en tant que structure citoyenne est d’aider les autochtones en leur donnant accès aux stages et même aux emplois. Notre responsabilité est de leur permettre qu’ils aient des routes praticables, qu’ils aient une chefferie digne de ce nom », a-t-il confié. 

C’est dans la droite ligne de cette ambition résolument tournée vers le social qu’il a indiqué que lors du prochain Conseil d’administration prévu pour ce mois de décembre, il entend mettre à contribution l’ensemble des entreprises exerçant au sein du port afin qu’elles adhèrent à ce projet auquel il attache beaucoup d’importance.  Il faut souligner que dans le cadre de sa RSE, l’autorité portuaire avait déjà décidé d’accorder 50% de demandes de stage aux Gabonais issus de familles défavorisées. 

Depuis cette année, l’Oprag soutient 15 étudiants qui sont formés à l’Académie régionale des sciences et techniques de la mer (ARSTM), à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Dans le même ordre, les trois meilleurs bacheliers issus de familles défavorisées vont suivre une formation, financée par l’Oprag, dans le domaine maritime et portuaire. Autant d’éléments qui pour le directeur général de l’Oprag Landry Régis Laccruche Lelabou doivent encore être renforcés pour l’exercice 2020.

Comments are closed.